La médiation et la justice en Italie, en 2019

JD, B&ED, Diploma in Economics, IAPMMHJMC, professional mediator and trainer in mediation; advisor in small/medium firm financial crisis prevention; giovannimatteucci@alice.it
Dr. Giovanni Matteucci,

Résumé

Selon le Parlement européen (12.9.2017) « L’Italie utilise la médiation à un taux six fois plus élevé que le reste de l’Europe ».  La médiation obligatoire a été décidée en 2010 en Italie et est entrée en vigueur en 2011. L’opposition furieuse des avocats, la négligence des juges. En 2013, le modèle « Opt-Out » a été introduit. Résultats :

  • année 2011 — 60 810 procédures de médiation, 9 912 ententes, taux de succès de 16 %.
  • Année 2018 — 151 923 procédures de médiation, 20 965 accords, 14 % de taux de succès.

20.965 est le plus grand nombre d’accords de médiation jamais atteint en Italie. Si toutes les parties étaient présentes et décidaient d’aller au-delà de la première réunion, le taux de réussite en 2018 était de 45 %. Néanmoins, la médiation se développe bien en deçà de son potentiel : 3.220.928 nouvelles procédures ont été introduites devant les tribunaux en 2018.

Les juges italiens ordonnent aux parties de se soumettre à une médiation (médiation déléguée) (ex art. 5, c.2, D.Lgs. 28/2010) ou/et de faire une proposition de solution basée sur l’équité (ex art. 185-bis code de procédure civile), que les parties peuvent accepter ou refuser (arbitrage non obligatoire), dans tous les sujets relatifs aux droits civils étrangers. Lorsque la médiation obligatoire a été jugée, ils ont considéré la médiation avec une « négligence bénigne », mais depuis 2015, c’est grâce à la justice que le recours à la médiation a augmenté en Italie : les procédures de médiation déléguées par les juges étaient de 2 % (de toutes les procédures de médiation reçues) en 2011, 10 % en 2015, 11 % en 2016, 13 % en 2017, 15 % en 2018.


I- Introduction

« Si l’homme n’atteint pas le bord du précipice, ses ailes ne pousseront pas sur son dos ».

En 2009 il y avait en Italie :

  • un nombre considérable d’affaires en instance au civil dans l’ensemble du système judiciaire, soit 5.700.105, le nombre maximum jamais atteint ;
  • un très grand nombre de nouvelles procédures civiles déposées : 5 012 000 (procédures civiles nouvelles engagées devant un tribunal de première instance : 2 779 000) ;
  • la durée d’un procès civil était de 1 066 jours.

En 2010, le décret législatif n° 28/2010 a réglementé la médiation obligatoire dans de nombreuses affaires civiles, 8 % de tous les litiges commerciaux et civils portés devant les tribunaux italiens (confrontés à une opposition furieuse des avocats et à une négligence bienveillante des juges). il est entré en vigueur en 2011. Les accords étaient (sont encore) exécutoires. De 2011 à 2018, un total de 130 438 accords ont été conclus dans le cadre d’une procédure de médiation. En 2018, le nombre de procédures civiles nouvellement engagées en première instance a été ramené à 2 001 508 (en raison également de la crise financière survenue en 2008 : revenus plus faibles, moins de litiges), tandis que les affaires civiles en instance ont été ramenées à 3.443.105.

Le 12.12.2012, la Cour constitutionnelle a déclaré inconstitutionnelle la médiation obligatoire, en raison d’une délégation excessive (le gouvernement a outrepassé ses pouvoirs en matière de législation déléguée) et non pas en raison de la violation du droit du citoyen à la défense. Sous la pression de l’Union européenne, la médiation obligatoire a été rétablie à la fin de 2013.

Le nombre de conflits soumis à la médiation obligatoire a augmenté de 9 % lorsque la médiation obligatoire a été supprimée et de 15 % lorsque la médiation obligatoire a été rétablie.

Le décret législatif n° 69/2013 a réintroduit la médiation en tant que première étape obligatoire avant d’aller au tribunal. Mais la forte pression exercée par les avocats sur les députés a entraîné des changements importants par rapport au précédent règlement. Entre autres :

  • les avocats sont des médiateurs « ope legis — per se » (et pendant près de deux ans, on ne leur a demandé de suivre qu’une formation de base de 15 heures !) ;
  • l’assistance obligatoire (présence) d’avocats pour chaque partie ;
  • la première réunion « informative » est gratuite ; la partie invitée, selon l’interprétation erronée des avocats, peut s’abstenir de la procédure en n’assistant pas à la réunion de médiation (avec le demandeur et le médiateur), sinon, elle peut être présente à la première réunion d’information et peut « annuler » le processus. à un moment ultérieur.

Selon le décret législatif précédent no.28/2010 La médiation peut également commencer à l’invitation du juge (médiation déléguée). De plus, le décret législatif no. 69/2013 a établi la possibilité pour les juges :

  • d’ORDONNER AUX LITIGANTS D’ENTREPRENDRE UNE MÉDIATION, dans tous les domaines (et non seulement dans ceux soumis à la médiation obligatoire) liés aux droits civils inaliénables (médiation déléguée) (ex art. 5, c.2, D.Lgs. 28/2010)
  • d’OFFRIR UNE PROPOSITION DE SOLUTION FONDÉE SUR L’ÉQUITÉ (ex-art. 185-bis du code de procédure civile) dans tous les domaines (non seulement ceux soumis à la médiation obligatoire) liés aux droits civils inaliénables, que les parties sont libres d’accepter ou de refuser (non contraignantes). arbitrage).

Dans certains cas, les juges combinent ces deux options : ils proposent une solution et, si la proposition est rejetée, ils ordonnent une médiation obligatoire (arbitrage — puis — médiation).

Et, au fil du temps, les « résolutions alternatives aux peines », la « conciliation intégrée », la « médiation efficace » et la « médiation guidée » ont également été lancées. De plus, l’utilisation combinée de la proposition de solution et de la médiation déléguée peut également être utilisée comme un outil efficace de gestion des affaires dans les procédures judiciaires.

II. — Un peu d’histoire

L’État italien a été fondé en 1861. Dans le premier code de procédure civile (1865), l’intitulé des sept articles introductifs était « Conciliation ». Selon la loi du 20 mars 1865, les policiers doivent d’abord réconcilier les conflits entre citoyens et, selon Lorenzo Scamuzzi, en 1880, les juges de paix (Giudici di Pace) ont prononcé 70 % des jugements prononcés en Italie. Loi no. 261/1892, prévoyait que le juge « pourrait, dans le cadre d’une conciliation, convoquer une partie unique à une audience à huis clos » (caucus ante litteram).

La conciliation/médiation appartient donc à la culture juridique et judiciaire italienne.

Mais le régime totalitaire mis en place pendant la période fasciste (1922-1943) détestait les solutions de conflits auxquelles parvenaient les citoyens privés ; ils devaient être réglés par des juges, par des jugements. Le Code de procédure civile de 1941, art. 183, prévoyait la possibilité d’une conciliation gérée par le juge lors d’une audience préliminaire ; néanmoins c’était toujours une pure formalité.

Depuis les années 1930, en Italie, la médiation a peu à peu perdu de son importance et n’a plus été enseignée dans les universités pendant plus de soixante-dix ans ; elle faisait (et fait toujours) partie de la tradition juridique italienne, mais était oubliée.

En 1993, la loi no. 580 a édicté que chaque chambre de commerce italienne devait créer une chambre de conciliation (et d’arbitrage) ; l’approche fondée sur les intérêts et la procédure de médiation à Harvard étaient les références. À un rythme très lent, les ADR ont commencé leur chemin dans l’Italie contemporaine.

Le décret législatif no. 5/2003 (en vigueur depuis 2005) portait sur la médiation volontaire dans les différends entre entreprises, financières et bancaires. Personne (plus précisément aucun avocat) ne l’a utilisée, et quand j’ai demandé pourquoi, les avocats ont répondu : « Parce que ce n’était pas obligatoire ».

En 2010, le décret législatif 28/2010 a réglementé la médiation obligatoire dans de nombreuses affaires civiles. Féroce opposition d’avocats, très grande perplexité de la part des juges. Mais à partir de 2015, c’est grâce au pouvoir judiciaire que le recours à la médiation a augmenté en Italie.

III – Innovations par les juges.

Au début, les juges italiens ont envisagé la médiation avec une « négligence bienveillante », car ils la considéraient comme « un parent ». Les principales préoccupations du pouvoir judiciaire étaient probablement les suivantes :

  • L’introduction dans le droit italien, dont les racines remontent au droit romain, d’une procédure typique d’autres cultures juridiques (préoccupation fondée sur de fausses hypothèses) ;
  • La métamorphose du système, dans laquelle les litiges sont d’abord gérés par des techniques basées sur la psychologie et non sur des garanties constitutionnelles ; préférence pour un avocat en tant que médiateur (préoccupations révélant une connaissance très modeste de la médiation) ;
  • L’interférence entre la médiation et la juridiction (préoccupation raisonnable) ;
  • l’avancement de la carrière au sein de l’appareil judiciaire dépend largement du nombre de jugements rendus par chaque juge ; si les critères de progression de carrière devaient inclure le nombre de différends réglés par la médiation (procédure plus courte), les juges pourraient négliger leur fonction judiciaire (préoccupation discutable et déraisonnable).

Néanmoins, une petite partie de la justice italienne a commencé à examiner de près la médiation et son utilisation possible. Je me réfère principalement à :

  • « Progetto Conciliamo », lancé en 2005 devant le tribunal de Milan ;
  • « Progetto Nausicaa », lancé en 2009 à la Cour et à l’Université de Florence ;

Les deux projets étaient axés sur l’analyse de la médiation et visaient à améliorer les connaissances de la médiation par les professionnels du droit ;

  • l’expérience de la Cour de Modugno, une division détachée de la Cour de Bari, qui a débuté en 2011 et dont le président, la juge Mirella Delia, a lancé la « conciliation intégrée » ;
  • l’expérience du tribunal d’Ostie, une division détachée du tribunal de Rome, dont le chef, le juge Massimo Moriconi, grâce à un recours intensif à l’invitation à la médiation au cours de la période 2012-2013, a permis de réduire d’au moins 10 % le les différends lui ont été confiés.

1. Tribunal de Rome, alternatives aux résolutions par jugement 

quelle méthode le juge Moriconi a-t-il employée ? Ce magistrat a analysé toutes les nouvelles affaires et, lorsqu’il pensait que les parties pourraient parvenir à un règlement, il les invitait, ainsi que leurs avocats, à se soumettre à une procédure de médiation. Les facteurs de succès indiqués étaient :

  • « A. Des normes de qualité élevées des structures de médiation dans toutes leurs composantes (structure logistique appropriée…, soutien technique et juridique adéquat aux médiateurs, compétence élevée et professionnalisme de ces derniers, prise de conscience qu’un grand nombre d’accords de médiation témoigneront de la réelle capacité de la structure et le refus d’un formalisme bureaucratique vide) ;
  • « B. La collaboration loyale des avocats avec les structures de médiation, les médiateurs, les homologues et le juge ;
  • « C. Une compréhension totale des potentialités de l’institution de médiation et une forte impulsion à la médiation par le juge ;
  • « D. La priorité à la médiation déléguée tout en respectant la médiation obligatoire ;
  • « E. Des réunions périodiques entre les organes de médiation, les organisations d’avocats et les magistrats en vue de perfectionner les outils de médiation et d’élaborer des protocoles opérationnels pour la procédure de médiation ».

La caution morale était efficace.

Du 23.9.2013 au 10.10.2014, devant le tribunal de Rome, le juge Moriconi a présidé environ 700 affaires ; selon lui, les méthodes de MARD pouvaient être utilisées dans près de 200 cas ; dans 121 affaires, il s’est tourné vers 40 arbitrages non contraignants, 35 médiations déléguées et 46 méd’arb non contraignants et médiations déléguées (arb-then-med) ; dans 58 % des cas, les parties sont parvenues à un accord. 8 % de réduction des litiges de sa compétence.

Compte tenu de l’utilisation continue de ces instruments, le juge Moriconi a nommé ses dispositions ASR, Alternative Sentence Resolutions ; en 2017, ils étaient 110, dont 57 accords, soit 48 %.

2. — Cour de Bari, conciliation intégrée 

Une autre expérience importante a été présentée dans le sud de l’Italie, à la Cour de Modugno, une division détachée de la Cour de Bari. En 2011, la juge Mirella Delia a conçu la « conciliation intégrée », grâce à la disposition suivante

Tribunal civil de Bari

Le juge 

  • a mené dans la procédure contradictoire une brève discussion sur les principaux points du litige ;
  • a examiné, avec l’accord des parties, l’opportunité d’engager un processus de conciliation entre/parmi elles ;
  • a lu l’article 185, paragraphe 1 du code de procédure civile italien ;
  • a rappelé les réformes législatives en matière de conciliation et de médiation

DEMANDE

aux parties déposent et échangent par télécopie, avant le…… , des propositions et / ou des offres pour le règlement à l’amiable du différend et avant le…… de déposer et d’échanger par télécopie toute contre-proposition, en attribuant un délai supplémentaire jusqu’au…… pour tenir un réunion avec l’assistance des avocats (et éventuellement d’un médiateur) visant à examiner les hypothèses transactionnelles en prenant soin de rédiger un document écrit à déposer jusqu’à dix jours avant l’audience de suspension et pouvant être pris en compte, au fond, lorsque les coûts de la procédure sont réglementés ;

AJOURNEMENT

La procédure à l’audience de…… , …… heures, en prévoyant pour cette date la comparution des parties devant lui afin de pouvoir mener à bien, conformément à l’article 185 cp.c cité et dans la mesure du possible, la tentative judiciaire conciliation.

L’initiative reposait sur le principe constitutionnel italien de l’« état de droit », de l’art. 5 de la directive européenne 2008/52 /CE et de l’art. 185 et 185-bis du code de procédure civile italien et a pu être réalisée grâce à a la participation d’avocats et de juristes locaux, qui effectuaient une période de stage à la Cour.

Par la suite, l’expérience s’est poursuivie à la Cour de Bari, avec la participation d’autres juges, qui ont adopté les résolutions de conciliation intégrées suivantes :

  • 15 en 2015 ;
  • 914 pendant la période du 1.1.2016 au 30.06.2018 ; 414 d’entre eux ont été menés à bien, 332 (80 %) sans autre intervention du juge (accord ou renonciation au différend) et seulement 82 (20 %) avec un jugement formel. .

De plus, une banque de données en ligne gratuite (BDDC Banca Dati Digitale Conciliativa) a été créée, dans laquelle une sélection des enregistrements des accords et des ordonnances de médiation déléguée sont enregistrés ; une banque de données déjà partagée par d’autres tribunaux et universités.

Le projet fait partie des « meilleures pratiques », numéro 2526, choisies par le Conseil supérieur de la magistrature (Consiglio Superiore della Magistratura).

3.— Université et tribunal de Florence, médiation efficace

En 2009, l’Université (Prof. a Paola Lucarelli) et le tribunal (la juge Luciana Breggia) de Florence, ainsi que l’Observatoire de la justice civile (association composée de juges, d’avocats et de greffiers), l’association du barreau et la chambre de commerce ont lancé le projet Nausicaa, lié à la médiation déléguée, avec trois objectifs :

  • fournir des informations sur la médiation par l’intermédiaire d’un bureau spécialisé, situé dans le tribunal ;
  • fournir aux juges de jeunes assistants de recherche pour identifier les litiges susceptibles d’être soumis à la médiation ;
  • et de suivre les médiations ordonnées par le tribunal

En 2012, premiers résultats de l’expérience : si toutes les parties étaient présentes dans la procédure de médiation, des accords ont été conclus dans 46 % des cas ; des accords en dehors du cadre de médiation ont été conclus dans 27 % des cas.

Comme indiqué précédemment, en 2013, la première réunion « informative », gratuite, a été introduite dans la législation avec la possibilité pour les parties de se retirer de la procédure (la médiation proprement dite, totalement volontaire, commence après la première réunion informative). La partie invitée, selon l’interprétation erronée des avocats, pouvait s’abstenir du processus en n’assistant pas à la première réunion (avec le plaignant et le médiateur) ou y assister (pas non plus en personne, mais représentée par les avocats) uniquement pour déclarer qu’elle n’était pas intéressé à poursuivre la médiation.

La Cour de Florence, suivie de nombreuses autres juridictions, a condamné ce comportement, soulignant que les avocats sont des « médiateurs de droit », donc que de droit ils doivent connaître la médiation, la nécessité de la présence personnelle des parties et celle de l’interaction effective entre elles. En d’autres termes, les juges soulignaient que la médiation doit être « effective ».

De plus, l’Université de Florence (départements de droit et d’ingénierie) et la section commerciale du tribunal de Florence ont mené un projet sur la médiation déléguée et la mise en œuvre d’un algorithme prédictif sur la « médiabilité » de la procédure judiciaire et la probabilité du résultat. En un an, 1 160 affaires ont été soumises à la médiation, les parties ont convenu de commencer la procédure dans 70 % des cas et un accord a été trouvé dans 55 % des cas. Les ingénieurs étudient tous ces documents pour réaliser l’algorithme prédictif.

4. — La médiation guidée

La médiation est une procédure informelle très flexible qui permet également la présence d’un consultant technique, sollicité par toutes les parties et nommé par le prestataire de médiation, souvent requis auparavant par le juge dans la médiation déléguée. Si l’accord n’est pas conclu, les conclusions du consultant technique peuvent être utilisées dans la procédure judiciaire ultérieure, ce qui permet d’économiser du temps et de l’argent.

Et il y a une autre opportunité. Au cours du procès, le juge peut demander l’intervention d’un consultant technique et, sur la base de son rapport, ordonner aux parties de se soumettre à une médiation déléguée, en soulignant les limites du sujet traité ; il indique ces limites au médiateur, qui reçoit également tous les documents connexes. Ce type de procédure s’appelle médiation déléguée guidée.

Selon certains érudits, cette approche irait à l’encontre de l’autonomie de la médiation et du médiateur. À mon avis, au contraire, seule la définition de la ZOPA (zone de concordance possible), établie par le juge et non par les parties, simplifie l’activité initiale du médiateur. Et rien n’empêche de prendre en compte d’autres problèmes (les « intérêts » derrière les positions) susceptibles de se produire pendant la médiation. Et l’accord pourrait également être conclu au-delà des limites initiales.

L’une des premières applications d’une telle possibilité est due à la juge Laura Fazio dans un procès entre une banque et son client, lié au calcul des taux d’intérêt sur un compte courant. Le magistrat a ordonné une consultation technique, mais le rapport n’a pas résolu tous les doutes et, par conséquent, il n’a pas été possible de prendre une décision ni de rendre une sentence non contraignante (art. 185-bis, c.cp.). Le juge a énuméré les points controversés restants et a envoyé les parties en médiation. En cas de désaccord, elle aurait demandé au consultant technique un nouveau rapport, avec des coûts supplémentaires et un allongement du délai nécessaire pour trouver une solution.

Le juge susmentionné, Massimo Moriconi, a largement utilisé et analysé la médiation déléguée guidée. En juillet 2019, il a ordonné une médiation déléguée guidée « avec un cadre » : il a étudié le litige, analysé les aspects juridiques, examiné le contenu d’une probable sentence ; mais la procédure aurait pu durer des années, coûter cher et faire l’objet d’un appel ; par conséquent, comprenant que les parties pouvaient parvenir à un accord, il leur a ordonné de se soumettre à une médiation déléguée, en soulignant la fourchette possible du montant de l’indemnisation.

5 — Outil de gestion de cas du processus –

La médiation déléguée peut également être utilisée comme outil de gestion de cas du processus. Cette possibilité, encore peu étudiée en Italie, a été soulignée en 2013 par un ancien juge, M. Marcello Marinari : « … contrairement à ce que nous pensons habituellement des relations entre médiation et gestion de cas, je suis convaincu… que ces relations incluent non seulement l’ouïe alternative à l’arbitrage et le jugement, mais aussi en quoi la tentative de médiation peut affecter la transparence et le choix par les parties de la stratégie la plus appropriée, s’ils ne parviennent pas à un accord ». Le pouvoir du juge de régler le litige « peut être défini comme un pouvoir de gestion d’instance approprié […] pouvant être utilisé pour diriger à la fois le règlement judiciaire, exécuté par le juge et la médiation, en renvoyant l’affaire soit à un médiateur rattaché à la Cour, soit à un tribunal. un médiateur ou un fournisseur de médiation extrajudiciaire. … le recours à la médiation peut influer sur la manière dont les tribunaux appliquent et interprètent le droit, en prenant en compte un plus grand nombre de facteurs, par rapport au système syllogistique traditionnel, même sans le rejeter ni le remplacer ».

Et les deux outils de médiation que la loi italienne accorde au pouvoir judiciaire (médiation déléguée et proposition de solution basée sur l’équité, dans tous les domaines liés aux droits civils disponibles), combinés de manière appropriée, ne constituent pas une solution alternative au litige, mais plutôt une solution intégrée au litige.

IV – Conclusions

En Italie, en 2010, le décret-loi 28/2010 a réglementé la médiation obligatoire dans de nombreuses affaires civiles. Au total, 8 % des litiges commerciaux et civils portés devant les tribunaux italiens sont entrés en vigueur en 2011. La médiation obligatoire a été déclarée inconstitutionnelle. le 12.12.2012 et il a été rétablie à la fin de 2013.

Les procédures de médiation ont été de 60 810 en 2011, de 196 247 en 2015 et de 151 923 en 2018. Les accords conclus ont été de 9 912 en 2011 et de 20 965 (le nombre le plus élevé jamais atteint) en 2018 (voir le tableau 1 en annexe).

Au début, les magistrats étaient extrêmement dubitatifs, sinon hostiles, à la nouvelle législation, à de très rares exceptions près. Année après année, toutefois, ils ont commencé à utiliser les nouveaux outils, dans un premier temps pour réduire l’arriéré, puis à fournir un « service de justice » mieux adapté aux besoins de la société.

Ceci est confirmé par les données statistiques produites par le ministère italien de la Justice. Le pourcentage des médiations déléguées par les juges, sur le nombre total des procédures déposées auprès des prestataires de médiation, était de 3 % en 2011, 2 % en 2013, 8 % en 2014, 10 % en 2015, 11 % en 2016, 13 %. en 2017 et 15 % en 2018 (voir annexe, tableau 5). Mais ces chiffres sous-estiment les résultats obtenus par le pouvoir judiciaire, car ils n’incluent pas les médiations (et accords) conclues par les parties en conflit, après une invitation/ordonnance du juge, en dehors d’un prestataire de médiation.

Malheureusement, il n’existe pas de recueil statistique uniforme pour tous les tribunaux et les juges qui ont agi (et agissent encore) en tant que pionniers n’ont pas convenu d’une méthode de compte-rendu. Je viens de rappeler les données mentionnées dans le paragraphe précédent :

  • Tribunal de Rome, résolutions alternatives de peine :
    le juge Moriconi a réussi à réduire de 10 % au moins les litiges qui lui étaient confiés entre 2012 et 2013 ; du 23.9.2013 au 10.10.2014, il a présidé environ 700 affaires ; selon lui, les méthodes de MARD pourraient être utilisées dans près de 200 cas ; dans 121 affaires, il s’est tourné vers 40 arbitrages non contraignants, 35 médiations déléguées et 46 arbitrages non contraignants et médiations déléguées (arb-then-med) ; dans 58 % des cas, les parties sont parvenues à un accord. 8 % de réduction des litiges qui lui sont confiés. En 2017, le nombre de résolutions alternatives de peines a été de 110, dont 57 accords, soit 48 % ;
  • Cour de Bari, résolutions de conciliation intégrées :
    15 en 2015 ; 914 pendant la période du 1.1.2016/30.06.2018 ; dont 414 ont été définis, 332 (80 %) sans autre intervention du juge (accord ou renonciation au différend) et seulement 82 (20 %) avec un jugement formel ;
  • Cour et université de Florence — Médiation efficace :
    en 2012, si toutes les parties étaient présentes dans la procédure de médiation, des accords ont été conclus dans 46 % des cas ; des accords en dehors du cadre de médiation ont été conclus dans 27 % des cas. En 2018, 1 160 affaires ont été soumises à la médiation, les parties ont convenu de commencer la procédure dans 70 % des cas et un accord a été trouvé dans 55 % des cas.

En Italie, les juges sont à la pointe de l’utilisation des MARD. Certains d’entre eux ont agi en tant que pionniers et ont tracé un itinéraire. D’autres les suivent, mais il faudra du temps pour que le potentiel de l’instrument soit pleinement exploité.

 

                                                                           Giovanni Matteucci

appendice

 

L’Italie est un pays du sud de l’Europe ; elle couvre une superficie de 300 000 km2, une population estimée à 60 millions d’habitants et un PIB de 1 596 000 000 d’euros (1 341 000 000 USD) (26 600 EUR/22 350 USD par habitant).

En 2018, 3 220 298 nouvelles procédures ont été engagées devant les tribunaux (4 475 059 en 2011) contre 151 923 procédures de médiation (60 810 en 2011) ; 20 965 accords ont été conclus (9 912 en 2011). Il y a 9 401 juges et 242 000 avocats.

Selon le Parlement européen, « l’Italie utilise la médiation à un taux six fois supérieur à celui du reste de l’Europe » (12.9.2017) et le recours à la médiation en Italie est en augmentation. Néanmoins, la connaissance de l’institution est faible et la formation de base (50 heures) n’est pas suffisante.

Les juges italiens ordonnent aux justiciables de se soumettre à une médiation (ex art. 5, c.2, D.Lgs. 28/2010) ou/et de faire une proposition de solution fondée sur l’équité (ex art. 185-bis code de procédure civile), que les parties sont libres d’accepter ou de refuser (arbitrage non contraignant), dans tous les domaines liés aux droits civils disponibles. Lorsque la médiation obligatoire a été décidée, ils ont examiné la médiation avec une « négligence bienveillante » ; ils ont ensuite commencé à utiliser les nouveaux outils offerts par la loi et depuis 2015, la médiation a été développée par l’intervention de juges : les procédures de médiation déléguées par les juges étaient de 2 %. (de toutes les procédures de médiation entrantes) en 2011, 10 % en 2015, 11 % en 2016, 13 % en 2017, 15 % en 2018.

Mots clés — ADR, médiation, conciliation, accord, procédure de médiation, médiation obligatoire, exclusion, médiation déléguée, médiateur, tribunal, procès civil, procédure judiciaire, arbitrage, juge, magistrat, avocat, université, Union européenne.

Bibliographie

Arianna Orsola, Giurisprudenza e consulenze tecniche in mediazione: intervista al dottor Massimo Moriconi, in Blogmediazione 5.2.2016

https://blogmediazione.com/2016/02/05/giurisprudenza-e-consulenze-tecniche-in-mediazione-intervista-al-dottor-massimo-moriconi/

Chiara Giovannucci Orlandi, The Florence Experience : A Culture Of Mediation, 20.5.2017

https://www.imimediation.org/2017/05/20/the-florence-experience-the-culture-of-mediation/

Consiglio Superiore della Magistratura, Ufficio statistico, analisi e studi, « Donne in magistratura » 1.3.2019

https://www.csm.it/documents/21768/137951/Donne+in+magistratura+%28aggiorn.+marzo+2019%29/164355b0-4710-f3d8-cf63-9a0a54f1069f

Council of Europe, European Commission for the Efficiency of Justice, Cepej studies n. 26, 9.2018 related to 48 countries, reference 2016

https://www.coe.int/en/web/cepej/special-file-publication-2018-edition-of-the-cepej-report-european-judicial-systems-efficiency-and-quality-of-justice-

European Parliament, « Implementation of the Mediation DirectiveEuropean Parliament resolution of 12 September 2017 on the implementation of Directive 2008/52/EC of the European Parliament and of the Council of 21 May 2008 on certain aspects of mediation in civil and commercial matters (the ‘Mediation Directive’) (2016/2066(INI)), P8_TA(2017)0321, point A

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//NONSGML+TA+P8-TA-2017-0321+0+DOC+PDF+V0//EN

Giovanni Matteucci, Conciliazione endoprocessuale e mediazione delegata : per la magistratura italiana “figlie di un Dio minore”, in MondoADR 8.12.2014

https://www.mondoadr.it/articoli/conciliazione-endoprocessuale-mediazione-delegata-la-magistratura-italiana-figlie-di-dio-minore.html

Giovanni Matteucci, The civil mediator in Italy : an auxiliary of the judge ?!?!, Academia.edu 3.7.2015 https://www.academia.edu/16656311/ADR_Matteucci_2015.07.03_The_civil_mediator_in_Italy_an_auxiliary_of_the_judge_ 

Giovanni Matteucci, Civil mediation, how to kick-start it ; the Italian experience. Statistics 2011 / 2016, Revista da Emerej – Escola da magistratura do Estado do Rio de Janeiro, Vol. 19, n.4, 2017

http://www.emerj.tjrj.jus.br/revistaemerj_online/edicoes/revista19_n4/revista19_n4_78.pdf

Giuseppe Buffone, La mediazione demandata o disposta dal giudice come sistema omeostatico del processo civile: il progetto dell’Osservatorio sulla Giustizia Civile di Milano, 2014

http://www.ilcaso.it/articoli/404.pdf

Giuseppe De Palo, Mandatory mediation is back in Italy with new parliamentary rules, in MondoADR  22.10.2013

https://www.mondoadr.it/articoli/mandatory-mediation-italy-parliamentary-rules.html   

Giuseppe De Palo and Leonardo D’Urso, Achieving a Balanced Relationship between Mediation and Judicial Proceedings, in European Parliament, The implementation of the mediation directive, 29.11.2016

http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/IDAN/2016/571395/IPOL_IDA%282016%29571395_EN.pdf

Greg Bond, “On the benefit of mediation training, and on getting things wrong. An interview with Ewa Chye”, in KluwerMediationBlog 24.3.2019 –

http://mediationblog.kluwerarbitration.com/2019/03/24/on-the-benefits-of-mediation-training-and-on-getting-things-wrong-an-interview-with-eva-chye/

Laura Fazio, L’efficacia della conciliazione endoprocessuale : l’esperienza del distretto della Corte d’Appello di Bari, in “Quaderni di conciliazione” a cura di Carlo Pilia, Edizioni AV, n.10, pages 83-103, Cagliari 2019

https://www.lafeltrinelli.it/libri/quaderni-conciliazione-cdrom-vol-10/9788883741418

Leonardo D’Urso and Romina Canessa, The Italian Mediation Law on Civil and Commercial Disputes, a description of the mediation procedure under the Legislative Decree 28/2010 and the Ministerial Decree 180/ 2010, along with the translation of the laws in English, in MondoADR March 2017

www.mondoadr.it/wp-content/uploads/The-Italian-Mediation-Law.pdf

Lorenzo Scamuzzi, Conciliatore – Conciliazione giudiziaria, in Digesto Italiano, 1886

Marilena Rizzo, Progetto Firenze, Congress organized by MediaPro part. III Lecce, 7.6.2019 VIDEO

https://www.youtube.com/watch?v=0oDmB3EqylU&list=PLvELWtNJaOIULjYxe-qihqLsWDXQrZGvL&index=3

Marcello Marinari : Mediation and case management, Contribution to the The Annual Conference 2013 of the Romanian Section of GEMME, pages 233-246 Bucharest, 5.10.2013 in

https://ecjleadingcases.files.wordpress.com/2013/11/draft-paper.pdf

Marcello Marinari, Giurisdizione e mediazione, dalla risoluzione alternativa alla risoluzione integrata delle controversie ?, in MondoADR 20.2.2014

http://www.mondoadr.it/cms/articoli/giurisdizione-mediazione-dalla-risoluzione-alternativa-alla-risoluzione-integrata-delle-controversie.html

Marcello Marinari, Civil and commercial mediation in Italy, the implementation of the 2008/52/EU Directive, in Mediacion es Justicia – GEMME, European Conference, 5/6. 6.2014

https://mediacionesjusticia.files.wordpress.com/2015/07/mediation-road-of-peace-for-justice-in-europe.pdf

Maria Cristina Biolchini, Resoconto del convegno : Il ruolo del giudice nella mediazione, in MondoADR 17.6.2013  

http://www.mondoadr.it/cms/articoli/resoconto-del-convegno-il-ruolo-del-giudice-nella-mediazione.html

Massimo Moriconi, La mediazione, profili operativi e problematiche operative, 25.11.2011

http://www.adrmaremma.it/moriconi01.pdf

Massimo Moriconi , Decalogo ASR : conoscibilità, predibilità e predittività della giurisdizione, MondoAdr 1.6.2018

https://www.mondoadr.it/articoli/decalogo-asr-conoscibilita-prevedibilita-e-predittivita-della-giurisdizione.html

Massimo Moriconi, Mediazione demandata e proposta del giudice 185-bis c.p.c., Congress organized by MediaPro part. IV Lecce, 7.6.2019 VIDEO

https://www.youtube.com/watch?v=5LEe8BQimjg&list=PLvELWtNJaOIULjYxe-qihqLsWDXQrZGvL&index=4

Massimo Moriconi, Mediazione guidata con range, ordinanza 4.7.2019, in Non solo sentenze

https://ne-np.facebook.com/nonsolosentenze/posts/2310917582481327

Mirella Delia, Proposte programmatiche sulla conciliazione del Tribunale di Bari – sezione distaccata di Modugno, Foro Italiano 2/2012, Monografie e varietà, page 59.

Mirella Delia, Il giudice e le nuove combinazioni endoprocessuali nei moduli della mediazione; gli artt. 185 e 185 bis c. p.c., in La Nuova Procedura Civile, 6.2.2015

https://www.lanuovaproceduracivile.com/wp-content/uploads/2015/02/delia_mediazione.pdf

Mirella Delia, La conciliazione fra organizzazione, formazione e tecnologia, in “Quaderni di conciliazione” a cura di Carlo Pilia, Edizioni AV, n.10, pages 35-82, Cagliari 2019

https://www.lafeltrinelli.it/libri/quaderni-conciliazione-cdrom-vol-10/9788883741418

Mirella Delia, L’Ufficio del processo e la BDDC, pages 401-423 — in “Il processo telematico” AA.VV. Key Editore, May 2019. https://www.keyeditore.it/libri/il-processo-telematico/

Natasha Mellersh, Ask An Expert : Luciana Breggia, Imimediation 23.6.2017

https://www.imimediation.org/2017/06/23/ask-an-expert-luciana-breggia/

Natasha Mellers, The ingenious judge – A children’s book, Imimediation 30.7.2017

https://www.imimediation.org/2017/05/30/ingenious-judge-childrens-book/

Paola Lucarelli, Mediazione su ordine del giudice a Firenze, Wolters Kluwer, 2015

Paola Lucarelli e Annalisa Tonarelli, Giustizia Semplice, report di monitoraggio parziale, febbraio/dicembre 2018, Università degli Studi di Firenze 1.2.2019

http://met.cittametropolitana.fi.it/public/misc/20190401132704088.pdf

Pasquale Maurelli, Il ruolo del CTU negli istituti di giustizia partecipata e ausilio della BDDC, in “Quaderni di conciliazione” a cura di Carlo Pilia, Edizioni AV, n.10, pages 127-138, Cagliari 2019

https://www.lafeltrinelli.it/libri/quaderni-conciliazione-cdrom-vol-10/9788883741418

Rosita Stella Brienza, Davide Sportelli and Francesca Romana De Tullio, La comunicazione a servizio della banca dati digitale conciliativa, in “Quaderni di conciliazione” a cura di Carlo Pilia, Edizioni AV, n.10, pages 139 -134, Cagliari 2019

https://www.lafeltrinelli.it/libri/quaderni-conciliazione-cdrom-vol-10/9788883741418

Università di Firenze, I numeri della mediazione su invito/ordine del giudice a Firenze, 28.11.2014 http://www.diritto24.ilsole24ore.com/_Allegati/Free/Monit_Marinaro.pdf

Università di Firenze, Gestione conflitti, progetto fiorentino premiato al Forum PA 2019,

https://www.unifimagazine.it/gestione-conflitti-progetto-fiorentino-premiato-al-forum-pa-2019/

Valeria Spagnoletti, La rilevazione statistica della conciliazione endoprocessuale: l’esperienza del monitoraggio informatico presso il Distretto di Corte d’Appello di Bari, in “Quaderni di conciliazione” a cura di Carlo Pilia, Edizioni AV, n.10, pages 105 – 126, Cagliari 2019

https://www.lafeltrinelli.it/libri/quaderni-conciliazione-cdrom-vol-10/9788883741418


[i] JD, B&ED, Diploma in Economics, IAPMMHJMC, professional mediator and trainer in mediation; advisor in small/medium firm financial crisis prevention; giovannimatteucci@alice.it

Laisser un commentaire

Fermer le menu